vendredi 18 mai 2018

ACONCAGUA...L'Argentine sous un soleil écrasant , un trek d'approche par la vallée de "Vaca", le sommet avant une grosse chute de neige...

...tout à commencé par un mail curieux de David qui semblait fort intéressé. Il fera des émules auprès de son frère Jean-Marie et de Cyril leur ami. Florent et Baptiste se tirent une gentille "bourre" à qui alignera le plus de dénivelé positif en un temps record, Nicolas nous rejoindra et viendra à la rencontre de lui même comme la plupart d'entre nous et Maud, quant à elle fera de ce sommet une suite logique dans sa carrière naissante de la haute montagne...



J'ai eu l'occasion de rencontrer chacun d'entre eux lors de sorties en montagne pour faire connaissance et réaliser un sommet, et même une traversée sous terre en mode spéléo à la "pierre Saint Martin"... Un souvenir précieux, mais c'est une autre histoire !



Les sacs bouclés, nous nous retrouverons tous à l'aéroport de Madrid.


Miracle ! Tous nos sacs sont arrivés à mendoza, petite ville paisible et viticole en Argentine.



Faire des courses, un peu de tourisme, valider nos documents pour le sommet, nous occupera 3 jours sur place.







Nous voilà enfin à pieds d'œuvre pour remonter la "vallée de vaca" et commencer ainsi le tour de l’Aconcagua, en faire l'ascension pour terminer par redescendre sur terre par la vallée de "horcones"... 15 jours plus tard !










Les paysages sont fabuleux, lumineux et différents tous les jours pour arriver à "plaza Argentina" et poser nos valises pour qqs jours d'acclimatation.


Ici le glacier des Polonais sur le versant "est" de l'Aconcagua




Nos valises justement vont nous être amenés par de magnifiques mules transportant nos tentes d'altitude,nos vivres de course, notre matos pour le froid et la neige.
 

A 4200 mètres d'altitude, nous allons pouvoir gouter aux joies de l'essoufflement rien qu'en allant aux toilettes ou bien en nous élevant du camp pour faire qqs images ...youpi ! vive l’oxygène rare !!




Flo et Dav' !
Tu vois Flo, si tu veux aller vite...il faut marcher doucement !!!


La météo en direct !!


Le camp est organisé comme un vrai village. Il y a même un "centre médical" pour un check-up visant à mettre en évidence un problème d’acclimatation.






Après une journée de repos, c'est le moment de prendre de la hauteur pour aller équiper le camp 1 (4900) et y déposer tente, flotte et nourriture...



Le vent est omniprésent ces derniers jours mais les taches du quotidien doivent continuer pour faire tourner les réchauds, se couvrir et se reposer avant de redescendre le lendemain au camp de base.






Les visages se marquent un peu mais le rythme du groupe est plutôt bon...seule ombre au tableau, le vent qui souffle fort la-haut et la météo qui exclue pour le moment de tenir au programme initial pour tenter le sommet dans les jours qui viennent.







Nous prenons congé de nos hôtes pour reprendre le chemin des camps supérieurs et nous rapprocher de notre camp ou nous partirons dans qqs jours pour le sommet...
Après différents scénarios, nous optons pour tenter le sommet à partir de "nido de condores".  













L'arrivée au "campo 3" sera l'occasion d'une 1ere nuit à 5400. Demain nous montons à 6000 !!







Le camp de "colera" marque pour ce jour-la notre première confrontation avec l’altitude de 6000 mètres.




Quelle bonne idée de dormir à "nido..." ce camp à l'altitude raisonnable (5400 !!) nous garanti une nuit confortable sans trop de maux de tête et le groupe est en forme pour tenter de gravir les 1600 mètres nous séparant du sommet.





A la nuit, nous quittons le camp pour découvrir la limpidité de l'air, des températures clémentes et une météo plutôt acceptables...pour une fois !



A ce niveau de l'ascension, nous perdrons Nicolas qui préférera
 entamer la descente - souffle court, sensation de froid et d'inconfort - il rejoindra le camp de "nido" dans la belle lumière de la mi-journée.



Peu avant la fin, David (visiblement un peu sous-alimenté) "calera" à 200 mts du sommet...difficile à vivre pour un guide de voir certains de ses compagnons ne pas fouler le sommet. Le reste du groupe va plutôt bien. Seule Maude, Cyril et moi-même terminons au forceps l'arrivée au sommet, sans oublier de saluer et d'avoir une pensée pour cet alpiniste s'étant endormi pour toujours à moins de 100 mètres de la cime...RIP.
La-haut, c'est la joie, l'émotion que l'on peut lire sur tous les visages de ceux qui viennent de réaliser le rêve qui les remplissait depuis qqs mois...


Qqs mois de préparation, de doutes, de sacrifices, d'impatience !! Bravo à tous !!!

Après une descente hallucinée pour David, nous rejoignons le camp de "nido"
La neige commence à se préciser aux environs de nos tentes...fatigué, le groupe va vite rejoindre la douceur du sac de couchage. Je m'attarderais à la nuit tombante,sous la neige, heureux, de voir cette ambiance incroyable ! J'aurais grand plaisir à préparer des boissons chaudes pour remplir les thermos de chacun, de déblayer la neige qui s'accumule sur les tentes...



Au réveil, c'est grand beau temps...mais avec 30 cms de neige fraiche !! immédiatement, mon regard se porte en direction de la voie normale et du sommet pour m’apercevoir qu'aujourd'hui, le vent souffle la-haut, qu'il n'y aura de sommet pour personne et que demain cela risquera d’être la même chose...  




Finalement, nous avons fais le bon choix de partir de plus bas...





















Ce dernier soir sera festif en partageant qqs boissons en même temps qu'une guitare tourne entre les mains d'un guide Argentin et celles de Nicolas qui s'appliquera à proposer un nouveau morceau à chaque fois...le guide Argentin, au bout de son répertoire va s'incliner "non sans amertume !!" devant la prestation musicale de Nicolas !!!


Nous quittons la montagne après qqs péripéties pour refaire les bagages (nos poches à caca sont vides et je me fais insulter !!!!) puis c'est la longue descente vers la civilisation, le lent retour vers nos proches...vers le "Malbec", vin au caractère corsé des plaines de Mendoza...




Florent va perdre le contrôle de la soirée...il va nous faire beaucoup rire aussi avec sa démarche chaloupée dans les rues de la ville !!


Voila en qqs mots le récit d'une aventure de 3 semaines sur les flancs et le sommet de l'Aconcagua, une aventure de plusieurs mois de préparation de la part de tous...je vous salue bien bas mes amis, en espérant vous revoir bientôt, soyez prudents, soyez heureux !!! 

La bise, David.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire