vendredi 18 mai 2018

CHAMONIX ZERMATT...une aventure à skis toujours unique, jamais gagnée !

....
Une belle équipe pour cette traversée de Chamonix à Zermatt, une météo d'enfer aussi juste après la période des grosses avalanches et avant la violente tempête qui suivra...RIP à ceux qui en paieront le prix fort...😰



Après une rencontre estivale en alpinisme, Philippe me contacte à l'automne pour me parler de son souhait de traverser à skis de Chamonix à Zermatt... Sa fille Claire sera de la partie et s'ensuivra un bel engouement pour se retrouver 11 au final avec en "second couteau" Victor, aspirant guide.
Place aux images (qqs unes proviennent des participants !) et à la glisse....










Ce matin, sur le parking du téléphérique des grands montets, c'est le "why"... Dans ma tête en tout cas !! Je rentre à peine de Grèce, occupé à "grimper sur des œufs" et entre des spits espacés de 10 mts les uns des autres...
Bon David, la c'est du ski que tu vas faire OK ?



Une météo de rêve nous accueille pour ce premier jour...il en sera de même toute la semaine !!
Après les consignes d'usage sur l'utilisation du DVA, de la pelle et de la sonde, nous parlons des premiers virages, pour certains avec des nouveaux skis et à coup sur pour tout le monde dans une neige un peu gelée au matin et après le passage de milliers de skieurs avant nous...nous profitons de notre journée pour aller faire un tour au fond du glacier d’argentière, essayer les peaux de phoque, prendre le pique-nique et voir enfin de vraies manip DVA en cas d'avalanche...on ne sait jamais ! 



François affiche un large sourire à l'idée de se retrouver dans ce décors de haute montagne: Le Dolent, le Triolet, les Courtes, les Droites, la Verte...tous ces noms qui résonnent à qui possède un peu de culture Alpine et face à nous, depuis le refuge d'Argentiere...



Le Bué...Mt Blanc des Dames (ya des claques qui se perdent !!)





Grosse journée pour franchir le col du Chardonnet et son rappel de 50 mts, pour ensuite skier un peu et remettre les peaux pour 30 mn, skier le versant Suisse du glacier de Trient, rejoindre le village de Champex ou nous attend Jean-Yves avec son minibus...


...se retrouver en Italie pour 3h30 de marche/ski et enfin arriver au refuge de Prarayer en fin de journée !!! Repas chaud, délicieux, douche, couette moelleuse...hummmm ! 



Au matin du 3eme jour (c'est très biblique comme phrase !!) le groupe est en forme pour monter au refuge de "Nacamuli". Aujourd'hui, pas de ski de descente et cela tombe bien, car les jambes sont fatiguées de la veille !! seuls Victor et François partirons un peu plus tôt pour faire un sommet au delà du refuge...




Un bel endroit ou nous profitons d'une bonne sieste dans ce cadre magnifique...des amis skieurs du club Pyrénéa de Pau, partagent le même refuge...Merci au gardien pour son accueil !



4ème jour... Nous décidons de faire 2 groupes pour nous rendre à la cabane de Bertol. Départ décalé pour proposer à 4 d'entre eux de me suivre pour faire une belle variante par la pointe de Bertol tandis que Victor conduira le reste de l'équipe par le bas et le plan de Bertol... Sous le soleil exactement !! 










Retrouvailles à la cabane autour des "rostis" (attention c'était noté dans le programme !!)



De toutes parts, la vue est saisissante et les lumières interminables sur les gros 4000 des environs :cervin, dent blanche, weisshorn, dent d'Herens...







Ce matin, le groupe s’égraine tranquillement sur les pentes débonnaires pour atteindre le sommet de la tête blanche, culmen de notre traversée vers Zermatt.
Qqs uns iront fouler la tête de Valpeline pour nous rejoindre plus bas...







Skier au beau milieu de ce décor fait de séracs et de crevasses est un privilège que seul la haute montagne peut procurer !



A cette heure avancée du soleil, la neige est de plus en plus molle.... Rien ne presse, nous sommes déjà sous la cabane de "shoenbiel" ou nous passerons la nuit ce soir.








Dernier jour... Descente en neige dure et sur des pentes raides ou l'aide de la corde sera bien précieuse sous le refuge !
Au pied des géants sommets de la dent d'Herens et du Cervin, la glisse est maintenant facile, parfois à grands coups de " pas de patineur"....



Zermatt enfin. Chacun savoure cette arrivée après 6 jours de saute montagne, chacun à son rythme. Nous laissons humblement derrière nous, nos traces faites d'efforts, d'émerveillements, de plaisir et de doutes.
La montagne est un pari avec soi-même mais aussi avec ses compagnons. Un pari pour avancer, aller voir plus loin,au delà de soi parfois.
Tout le monde à atteint son but... Je l'espère. Personnellement, c'est le but que je m'étais fixé.
Hé les traverseurs... Merci de votre confiance !
A vite... David.

1 commentaire: